Page:Charles de Brosses - Lettres familières écrites d’Italie - ed Poulet-Malassis 1858.djvu/238

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


— 212 ~


Cène du Tintoret, et une autre en entrant, meilleure encore… À la Madone, voyez un saint Pierre guérissant le boiteux, dont je n’ai pas reconnu l’auteur… À SaintDominique, église assez ornée, le Martyr de saint Romain, du Guide ; saint Thomas d’Aquin, du Boni, assez bon peintre lucquois, et un aufre tableau, de manière ancienne, curieux… À San-Frediano, le tombeau d’un prétendu saint Richard, roi d’Angleterre, quoi qu’assurément il n’y en ait jamais eu de ce nom ni saint, ni enterré àLucques… À Sainte-Marie, force colonnes de marbre et dorures, faisant un très-méchant tout, et une chapelle isolée faite trait pour trait sur celle de Loretto, avec la dernière exactitude, à ce qu’on m’a assuré. J’en ai été fort réjoui ; car dès lors je tiens la Santa Casa pour vue et le voyage de Loretto pour fait. Item, là ou ailleurs, car je no m’en souviens plus, un Christ avec saint Romain, du Guide.


On trouve au centre de la ville les restes informes d’un amphithéâtre des Romains, dans lequel on a bâti de méchantes cabanes qni achèvent de le défigurer. On a mieux fait en ruinant près de la cathédrale la maison d’un noble qui avoit conspiré, car cela donne une assez jolie place.


Je ne veux pas omettre de vous dire qu’étant le soir allé à la comédie, tout étoit plein, même de dames ; je fus fort surpris de voir que la catastrophe de la pièce étoit un grand feu d’artifice distribué le long de la salle, tout au travers des toiles peintes et des loges, sans que l’exécution de ce feu, dans un lieu si périlleux, ni la pluie enflammée qui tomboit à seaux, fissent peur à personne qu’à moij qui trouvai, à cela près, le feu d’artifice plus joli que je n’en ai jamais vu en France. Je remarquai encore que les magistrats de la république, pour singer les anciens Romains, avoient leur place désignée au spectacle. Les chefs de ces magistrats sont au nombre de quatre, dont le premier, nommé le Gonfalonier, ressemble d’autant mieux au Doge, qu’il n’est presque fait que pour la représentation, l’autorité étant entre les mains des trois autres, appelés’secrétaires de l’État. Leur pouvoir dure un an, et celui du Gonfalonier deux mois seulement. Le conseil est composé de soixante nobles ; ,je ne présume pas qu’il ait beaucoup d’afl’aires, puisque l’Etat ne contient que la ville et onze villages ; mais en revanche ce pays est bien ramassé.