Page:Charles de Brosses - Lettres familières écrites d’Italie - ed Poulet-Malassis 1858.djvu/258

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



des choses médiocres, suit piliers, pilastres, ou colonnes rassemblés en grand nombre, produit un bel effet. C’est ce que j’ai déjà remarqué en plusieurs endroits, entre autres à la grande galerie couverte hors des murs de Bologne.


Nous voilà donc dans cette campagne, misérable au-delà de tout ce qu’on peut dire. Pas un marbre, pas une maison, et ne vous en prenez point à Romulus. J’ai eu tort de l’en accuser dans ma précédente lettre ; le terrain est le plus fertile du monde, et produiroit tout ce qu’on voudroit, s’il étoit cultivé. Vous me direz, pourquoi ne l’est-il point ? On vous répondra, à cause de l’intempérie de l’air, qui fait mourir tous ceux qui y viennent habiter. Mais moi je réponds que la proposition est réciproque. Il n’est point habité, parce qu’il y a de l’intempérie, et il y a de l’intempérie, parce qu’il n’est point habité. Comment est-il possible qu’il n’y en ait point dans celte vaste plaine, bordée de tous côtés de montagnes qui la gardent des vents comme le fond d’un tonneau ; où il n’y a ni maisons, ni bois, ni arbres pour rompre l’air et lui donner du cours, ni jamais de feu allumé pour le purifier ; où les terres ne sont point remuées, où l’on ne donne aucun écoulement aux eaux ; l’air, sans mouvement, y croupit dans les grandes chaleurs, comme l’eau dans les marais, et produit l’intempérie, qui véritablement tue les habitants. Mais la marque évidente que ceci ne vient point du climat même, c’est qu’il n’y a d’intempérie ni à Rome, qui est située au milieu de cette même plaine, ni hors de Rome à un quart de lieue ou une demi-lieue à la ronde (1 ; , parce que le terrain y est habité. La première source de cette fâcheuse aventure vient, à ce qu’on prétend, d’une fausse politique de Sixte V qui, sans doute, n’en sentit pas les conséquences. Quand il fut élevé à la papauté, le désordre et l’impunité régnaient dans l’état, où les principaux nobles s’étoient tous érigés en autant de petits tyrans. Il n’y avoit guère moins de danger que de difficulté à remédier au mal bien ouvertement. Sixte V voulut leur ôter leurs richesses, source de leur insolence, en diminuant le produit immense qu’ils rctiroient de leurs terres. Il fit défense absolue de sortir des blés de l’état ecclésiastique. Le peuple vit d’abord .avec plaisir un édit qui sembloit lui procurer des vivres en plus grande abondance et à