Page:Charles de Brosses - Lettres familières écrites d’Italie - ed Poulet-Malassis 1858.djvu/292

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



mique, et s’en remplit jusqu’à ce que l’abondance de la matière y produise inflammation, et ejisuite dégorgement. En effet., le cratère commence à bouillir par le fond, et s’élève comme du lait sur le feu, jusqu’à ce que la force de la chaleur, cassant le pot en quelque endroit, le fasse couler. Ils veulent encore douter s’il y a dans la montagne des souterrains intérieurs ; mais, outre que les tremblements de terre l’indiquent assez, ce me semble, je ne comprendrois pas comment, s’il n’y avoit pas de tuyau intérieur pour faire l’effet d’un canon ou au moins d’un mortier à bombes, la montagne pourroit lancer, comme on m’a dit qu’elle avoit fait en dernier lieu, des pierres d’un calibre épouvantable, aussi haut qu’elle est haute. Elle jette des cendres ou du sable jusqu’à plus de trente lieues. Il est de notoriété qu’elle en a porté d’autres fois, peut-être à la faveur du vent^ jusqu’à Rome ; c’est une distance presque double : Dion Cassius dit même jusqu’en Egypte, lors de l’accident de Pline, ce qui me semble incroyable. Lors de l’éruption de 1631, l’une des plus terribles qu’il y ait eu et oh cinq à six mille personnes périrent, le gouffre tiroit des rochers rouges qui allumoient les arbres en les touchant. Malgré les ravages que font ces évacuations, c’est encore pis quand la montagne ne les a pas ; elle souffre alors des vents et de la colique, si bien qu’elle secoue tout le pays d’alentour, et cause encore bien plus d’épQuvante. Enfin, si vous en voulez savoir davantage sur les causes de tout ceci, je vous renvoie à un long passage de Lucrèce [lib. VI.) qui s’est efforcé d’expliquer en beaux vers les effets de l’Etna ; mais, pour vous dédommager de la stérilité de ma physique, je vais vous donner un petit détail de l’éruption arrivée il y a deux ans. Je l’ai extrait d’un journal qu’en a tenu l’abbé Entieri.


Dès la fin d’avril 1737, le Vésuve s’étoit mis à jeter fréquemment des flammes avec de la fumée. Le 14 mai, ceci se renforça beaucoup, et le 16, la cime commença à lancer des pierres rouges et à laisser couler quelque peu de matières fondues. Le 18, le sommet étoit tout couvert extérieurement d’une pluie de soufre. Le 19, le bruit et le frémissement intérieur devinrent horribles à entendre, la fumée étoit d’une noirceur extrême, et il partit des quartiers de roches qui rouloient en retombant le long du