Page:Charles de Brosses - Lettres familières écrites d’Italie - ed Poulet-Malassis 1858.djvu/301

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



gne d’Agrippine L’endroit du rivage où elle fut tuée..


Le promontoire de Misène, joli et tout carré ; et en-deçà, Procida, oîi le roi étoit à la chasse. Il a là une petite mai- ’ son, et c’est une grande fôte pour lui que d’y aller passer quelques jours… Certaines ruines, qu’on nous donna pour être celles d’un cirque ; ce lieu se nomme aujourd’hui II Mercato di Sabato… Une petite plaine jolie, mais inculte et négligée, qui passe pour être les Champs Elysées. Il seroit bon d’enti’etenir, au risque de leur vie, quelques jardiniers pour en avoir soin et pour y semer au moins de l’asphodèle… Le lac d’Achéron ou d’Acherusia, au-delà duquel on voit quelques restes des ruines de Cumes, sur une hauteur… Le lac d’Averne, tout rond, beau, clair et vermeil, au-dessus duquel les oiseaux volent maintenant tant qu’il leur plaît. Vous voyez qu’il a fait une jolie fortune depuis que vous n’avez ouï parler de lui ; mais vous fera-t-elle autant de plaisir que la misère dans laquelle est tombé le lac de Lucrin vous causera de douleur ? Ce n’est plus qu’un mauvais étang bourbeux ; ces huîtres précieuses du grand -père de Catilina, qui adoucissoientà nos yeux l’horreur des forfaits de son petit-fils, sont métamorphoséesen malheureuses anguilles qui sentent la vase. . Une grande vilaine montagne de cendres, de charbon et de pierres ponces, qui, en 1 538, s’avisa de sortir de terre en une nuit, comme un champignon, est venue coudoyer ce pauvre lac, et l’a réduit dans le triste état que jo vous raconte.


Il ne tiendroit qu’à moi de vous dire quantité de choses encore sur la maison de campagne de Cicéron, qu’on appeloit l’Académie, où il a écrit ses Questions académiques ; mais, comme elle étoit un peu avant dans les terres, et qu’il n’y a pas si bonne compagnie qu’autrefois, je n’}’ allai point : à présent ce sont des bains assez fameux. J’ai sans doute aussi négligé divers autres articles dans ce même canton. À bon compte, il étoit nuit noire quand nous quittâmes notre chaloupe à Pozzuoli, et montâmes dans nos chaises pour retourner à Naples, fatigués et recrus si on le fut jamais ; d’ailleurs extrêmement satisfaits de notre journée. Cependant, pour ne pas faire le charlatan avec vous, je dois vous avouer que tous les grands plaisirs que j’avois goûtés étoient beaucoup plus en idée qu’en réalité ; une bonne partie des articles mentionnés