Page:Charles de Brosses - Lettres familières écrites d’Italie - ed Poulet-Malassis 1858.djvu/36

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


forment un cloître tout rempli des plus belles estampes. Il enferme un jardin d’orangers, et les portiques sont eux-mêmes enfermés par un grand jardin qui en fait tout le tour.

Je remarquai dans la sacristie, une voûte hardie tout-à-fait plate, construite de pierres de taille, dont aucune n’est semblable à l’autre pour la coupe. Dans la salle voisine est un buste, tiré d’après nature, du bienheureux Stanislas Kotska, qui, sur la mine, m’a l’air d’avoir eu en son vivant bien de l’emploi dans la maison. Je passai, au sortir de là, à Saint-Martial, pour y voir le tombeau de l’abbé de Simiane, vicaire-général de Clugny, qui est représenté au vif, sortant de sa tombe dans une attitude de résurrection. Un ange sonne de la trompette qu’il tient d’une main, et de l’autre enlève le pavillon du tombeau. Je n’ai rien vu de meilleur en ce genre. Cet excellent ouvrage est du sculpteur Perris.

À mon retour, je donnai commission pour aller dans toutes les auberges s’informer si les Lacurne n’avoient point passé. Je donnais des désignations fondées sur la taille de madame de Ganay ; dans le même temps, j’entendis que, dans la chambre voisine, un mauvais plaisant s’avisoit de donner pareille commission avec mon signalement. Nous courûmes l’un à l’autre ; c’était Lacurne et Sainte-Palaye qui venaient d’arriver en poste ; les embrassements de part et d’autre ne furent pas épargnés. Ce premier feu passé, nous nous mîmes à boire à votre santé ; ce ne fut pas, comme vous pouvez aisément le penser, sans médire de votre personne.

Après ce premier office, que nous crûmes vous devoir, nous fîmes la distribution des emplois. Connaissez-vous le Jasmin, secrétaire des quatre Facardins qui s’amusait tout le long du chemin à recueillir des chiffons de mémoires, et à faire sur toutes les billevesées qu’il rencontroit, des fatras de remarques que le vent emporta un beau matin ? Voilà l’emploi dont leur munificence m’a honoré. C’est à vous de juger si j’entre bien en exercice. Madame de Ganay ne nous rejoindra qu’à Aix.

Le lendemain nous partîmes en chaises-à-porteurs pour aller voir la Chartreuse de Villeneuve, en Languedoc, distante d’Avignon d’une petite lieue ; le choix de la voiture vous étonne, peut-être ; mais c’est la plus commode du pays ; elles sont propres, bonnes et en abondance, quoi-