Page:Charles de Brosses - Lettres familières écrites d’Italie - ed Poulet-Malassis 1858.djvu/46

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


de bureau, et tous les conseillers ont des fauteuils. Le parquet, la chancellerie et la chapelle, sont aussi ornés convenablement. La chambre des comptes est au-dessous. La salle des archives mérite d’être vue, pour le bon ordre et l’arrangement.


L’hôtel de ville est mal situé, dans une rue étroite qui empêche de voir la façade, assez belle ; il est composé de quatre corps de logis, qui forment une cour carrée. Il y a une bibliothèque publique assez médiocre et une belle tour d’horloge, où sept statues, en tournant, marquent les sept jours de la semaine.


Voici ce que j’ai trouvé de plus remarquable dans les églises. Aux Carmes, un grand tableau peint par le roi René ; sur le revers des volets, il s’est peint lui-même, d’un côté, et sa femme de l’autre. Dans le chœur, le tombeau de la fille naturelle de ce roi ; trois statues fort anciennes et deux bons tableaux de Carmes. Aux Pénitents, une Incrédulité de Saint-Thomas, peinte par Finsonius, dont on fait grand cas ; cette peinture[1] est grossière, dure et sèche, mais expressive. M. Loppin lui donne la pomme sur tout ce qu’il a vu ; pour moi, j’en fus peu satisfait.


À Saint-Sauveur, cathédrale laide et irrégulière, un baptistère obscur dont le dôme est soutenu par huit colonnes, chacune d’un seul morceau, d’une grandeur et d’une grosseur extraordinaires ; deux de ces colonnes sont de granit, et les six autres de ce marbre antique d’Égypte, vert, noirâtre, si recherché et dont les carrières sont perdues. Cette colonnade est d’un grand prix ; c’est grand dommage qu’elle soit si mal placée, et qu’outre l’injure des temps, elle ait encore à essuyer celle d’un visigoth de sacristain, qui, pour y faire un reposoir le jeudi saint, s’est avisé de faire hacher et trouer ces colonnes. Dans une chapelle déserte, un bas-relief de sculpture antique du bon temps des Romains, mais bien effacé. Il représente, si je ne me trompe, une noce, du moins y remarquai-je une femme voilée, à demi couchée sur un lit, faisant de son mieux la mijaurée ; une autre femme près d’elle paraît l’encourager, et l’époux, debout près du lit, a l’air fort ennuyé de ces simagrées.


Aux Pères de l’Oratoire, une architecture dorique en dedans et en dehors, d’un goût fort particulier, aussi bien

  1. Aujourd’hui dans la cathédrale de Saint-Sauveur.