Page:Charles de Brosses - Lettres familières écrites d’Italie - ed Poulet-Malassis 1858.djvu/59

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


grand fort assis sur un rocher plat, où est aussi la maison du prince de Monaco, d’assez belle apparence. Le roi y tient garnison françoise. Puis Roquebrune, Menton, assez bonne petite ville de la souveraineté de Monaco, près de laquelle le prince a sa maison de campagne. Ensuite Ventimille, dont votre serviteur ne vous dira rien, parce qu’il étoit alors occupé à régaler les sardines. C’est à mon gré la moindre peine de la mer que le vomissement ; ce qu’il y a de plus difficile à supporter est l’abattement d’esprit, tel qu’on ne daigneroit pas tourner la tête pour sauver sa vie, et l’odeur affreuse que la mer vous porte au nez. Enfin le calme ayant succédé au vent contraire, nos matelots, au lieu de ramer, nous abordèrent à un méchant trou nommé Speretti, où nous regardâmes comme une fortune de trouver des poules à 50 sous pièce, pour nous refaire par un peu de bouillon. Je ne suis pas de ceux qui se trouvent soulagés en descendant à terre ; mon mal en redoubloit au contraire ; j’avois conçu une si grande horreur de la mer, que je ne pouvois même l’envisager. Je m’en éloignai et tombai dans une vallée pleine d’orangers, de cédrats, de limoniers et de palmiers, dont la vue ne fut pas trop achetée par le mal que j’avois souffert le jour. C’est là l’endroit qui fournit de fruits tout ce canton de l’Italie… De retour à la cabane, une douzaine de petites filles vinrent accroupies nous danser une danse iroquoise, avec des chansons qui ne l’étoient pas moins. Toutes les paysannes vont nu-tête, nattent leurs cheveux et les roulent derrière leur tête, rattachés en tapon avec une aiguille d’argent.

Le 20, nous reprîmes les rames dès trois heures du matin ; je m’attendois à être malade comme la veille, et j’y fus trompé. L’inconstance de la mer est telle, que non seulement je ne fus pas malade, et je ne l’ai plus été depuis, mais encore je voyois avec plaisir cette même chose qui m’étoit en horreur auparavant. Au défaut de la maladie, nous eûmes, ce qui étoit encore bien pis, l’ennui de ne point avancer. Après avoir passé San-Remo fort jolie petite ville bâtie sur un pain de sucre, nos matelots nous relâchèrent sous des oliviers, où il fallut demeurer quinze heures à bayer aux corneilles. Voilà la diligence que l’on fait pour aller à Gênes, par mer ; aussi faut-il être fou pour prendre une autre route que celle du Piémont, quand