Page:Charles de Brosses - Lettres familières écrites d’Italie - ed Poulet-Malassis 1858.djvu/82

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


est médiocrement grande, plus longue que large, mal et tristement bâtie de briques ; des rues larges et désertes. I1 n’y a que la grande rue, qui fait la principale partie de la ville, qui soit peuplée et passablement commerçante. Ces bons Lombards se sont apparemment figuré que leur ville était curieuse, amour-propre très déplacé, car ils s’obstinèrent à nous mener voir mille choses fort pauvres.

La cathédrale est une vieille église bâtie de travers, où je ne remarquai rien qu’une chaire de prédicateur qui tourne tout autour d’un des piliers ; elle est ornée de bons bas-reliefs en bois, et soutenue par les douze apôtres, façon de cariatides. On me montra, dans un coin de la nef, la lance du paladin Roland ; c’est, ne vous déplaise, un bel et bon mât de navire, dont il comptoit, dans sa colère, faire un suppositoire à Médor.

Dans la place voisine, sur une colonne, est une statue de bronze montée sur un aïeul de Rossinante, de même métal. C’est, à ce que l’on me dit, un excellent-ouvrage des Romains, représentant l’empereur Antonin ; mais au contraire, ce n’est, à mon sens, qu’un très-détestable ouvrage de quelque Ostrogoth.

Le tombeau de saint Augustin, chez les religieux de ce nom, est la seule chose qui mérite d’être vue à Pavie. Il vient d’être achevé. Comme la partie supérieure étoit construite, depuis trois siècles et plus, l’ouvrier a été contraint de s’assujettir à la finir d’un goût approchant du gothique, ce qu’il a assez bien exécuté, tout en marbre d’Orient, des espèces les plus précieuses. Le corps du saint est sous l’autel, dans une chapelle souterraine. Un religieux alla chercher la clef de l’armoire où est le corps, nous assura fort qu’il y étoit, et n’ouvrit point l’armoire ; mais en récompense il nous fit boire à chacun un grand verre d’eau fraîche, qu’il tira par dévotion d’un puits voisin. Le corps du saint a été anciennement transféré de Sardaigne à Pavie, et enterré, sans qu’on ait pu savoir, depuis tant de siècles, en quel endroit. Ils prétendent l’avoir retrouvé depuis peu. Je leur demandai quelle preuve ils avoient que ce fût lui, et ils eurent la bonne foi de convenir qu’ils n’en avoient aucune. Il ne faut pas oublier un petit tableau. Ex voto, qui est à côté. Il représente un pauvre moine augustin dans une furieuse détresse, car il est monté sur une jument, et surmonté