Page:Charles de Brosses - Lettres familières écrites d’Italie - ed Poulet-Malassis 1858.djvu/85

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Visconti, fondateur du monastère ; au bas est couchée la statue de Ludovic Sforza, dit le Maure, qui mourut en France au château de Loches, après douze ans de prison. Cet homme est si fameux dans notre histoire par ses méchancetés, que j’eus grand empressement de considérer sa physionomie, qui est tout à fait revenante et celle du meilleur homme du monde ; que les physionomistes argumentent là-dessus. Du côté gauche, à la première chapelle, deux colonnes de granit poli, les premières que j’aie vues polies. (Le moine qui me les fît voir m’a trompé, en m’assurant qu’elles étoient de granit. J’ai vu depuis quantité de colonnes de cette pierre, fort commune ici ; à la vérité, elle tire beaucoup sur le granit.) Elles ont des chapiteaux de bronze antique… Dans la seconde, trois morceaux de peinture, de Pierre Pérugin ; c’est ce qu’il y a de mieux là, en ce genre… Dans la quatrième, un Massacre des Innocens, bon bas-relief, et dans un tableau de Negri (Pietro Martire), une tête excellente ; le reste du tableau ne vaut rien.

Dans la sixième, un Saint Ambroise défaisant l’armée des Algériens, bon bas-relief… Dans la septième, un petit tableau long, du Procaccini, d’un coloris charmant…. À la croisée, les stalles des frères faisant des tableaux de bois de rapport.

Dans la sacristie, un très-grand devant d’autel, où toute l’histoire du Vieux et du Nouveau Testament est sculptée en très-petit ouvrage. On nous dit qu’il étoit tout de dents de poissons, et que c’étoit un présent du roi de France. Les ornements et l’argenterie sont fort en réputation, mais nous ne pûmes les voir ; on les envoya bien loin dès le commencement de la guerre, et ils n’osent encore les faire revenir, jusqu’à ce que la paix soit publiée ici[1].

Les bons pères jouissent de cent mille écus de rente. On nous avoit annoncé qu’ils régaloient magnifiquement tous les curieux. Sur ce principe, Lacurne jeûnait régulièrement depuis trois jours, comptant se dédommager ici de la mauvaise chère des auberges d’Italie ; mais, après avoir fatigué nos jambes et nos yeux pendant six heures dans l’attente du compliment, Lacurne prit le parti de

  1. Il s’agit du traité de paix signé à Vienne, dans le mois de novembre précédent (1758).