Page:Charlevoix - Histoire du Paraguay, tome 3.djvu/41

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée

BU Paraguay. Lîv. X. 17

qu*U n'avoit point méritée, il feroit Martyr^ ^^ qu'il lui feroit faire des obfeques magnifi- ques, & qu'il pfOnonccroit lui-même foa Eloge funèbre. Le Gouverneur Taiant fu^ eut compaf&on d'un Malheureux , que la Harangue de rEccléfiaftigue n'avoit appa-?^. remmcnt pas tranquillîfe fur le fort qui Tattcndoît , & qui n'étoit coupable que d'a- voir porté répée fans fon agrément; il le fit fonir.deprifon fous caution ,& TEvê- que leva aum-tôt l'excommunication , fans attendre que D. Gregorio la demandât.

Cependant on étoit toujours fort étonné LTvêque pa- dc la manière dont le Prélat en ufoit avec s'auaclKr les les Jédiitcs , car pcrfonne n'ignoroit fbn jéAiitc*. reflentiment contre ceux de Cordoue ; mais il cominen^oit à s'appercevoir que bien des Gens ne penfoient plus fur Ion compte comme ils avoient pcnfé d'abprd , & il fe perfuada qu'en donnant de grandes mar«  ques d*eftimc & de confiance à ces Reli- gieux , qui étoient en réputation de fcien- cc & de vertu , il feroit revenir le Public à fcs premiers fentimens pour lui. Il étoit 4*ailleurs bien affurc que s*il ne réuffiffoit pas à les per&ader <le la fincerité de fou affedlion pour eux , du moins ils ne fe dé-^ . clareroient pas contre lui, & il comptoit «ela pour beaucoup.

Il commença par marquer leur Eglift Leurcondut- pouT le terme de fes Pioceffions , qui étoient ^^ ^ ^^ *^ fort fréquentes : il y transféra même plur- ^^ * fieurs Fêtes qu'on avoit accoutumé de célé- brer dans d'autres Eglifes , difant qu'il n'y^ en avoit aucune dans la Ville plus propre k exciter la dévotion des Peuplés. Il ne

Bij