Page:Charnacé - Musique et Musiciens, vol2, 1874.djvu/105

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


emplissant ses yeux d’étincelles, au point de les aveugler.

Mais il a compris qu’il ne pouvait produire cette monstrueuse assertion qu’en essayant de l’étayer sur des preuves ? la finesse germaine, dont il est imbu profondément, lui a révélé que s’il ne donnait point à ce paradoxe une sorte de sanction probante ou tout au moins démonstrative, sa violence même empêcherait ses lecteurs de lui accorder la moindre attention et par conséquent le plus mince crédit. Il s’est donc drapé avec gravité dans sa toge doctorale et a fait suivre immédiatement sa proposition de cette explication mirifique : « L’erreur de l’opéra consiste en ce qu’on a fait d’un moyen de l’expressionla musique — le but, et du but de l’expressionle drameun moyen. »

Ô grand Molière, qui expliquais si logiquement pourquoi le cœur était à droite et la rate à gauche, que n’aurais-tu découvert en d’aussi profondes et d’aussi graves paroles ! M. Wagner définit le drame, le but de l’expression — comme si le dramaturge se proposait simplement de faire un drame et non point de manifester certaines sensa-