Page:Charnacé - Musique et Musiciens, vol2, 1874.djvu/129

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


veut plus exprimer exclusivement un sujet donné mais qui veut remplir elle-même le tout n’est plus au fond la musique, mais un monstre d’abstraction, produit incestueux de la musique et de la poésie, et qui ne peut se réaliser que comme caricature. Malgré toutes les tendances opposées, la musique, la musique vraiment efficace, est restée une expression, et les efforts qu’on a faits pour en faire la substance même du drame, n’ont abouti qu’à amener forcément la décadence de l’opéra, et, par suite, à mettre en relief le caractère anti-naturel de cette branche de l’art.

Mais si la base et le fond de l’opéra chez Spontini sont le vide et le néant, si la forme musicale dont ce fond se revêt est bornée et pédantesque, elle n’en était pas moins une sincère manifestation de ce qu’il est possible de réaliser, sans violer la nature des choses jusqu’à la démence. L’opéra moderne est, au contraire, la claire manifestation de la démence. Pour en approfondir la nature, il faut que nous nous occupions maintenant d’une autre question, je veux parler du développement de l’opéra, dans le genre que nous avons appelé frivole et qui en se combinant avec la direction sérieuse dont