Page:Charnacé - Musique et Musiciens, vol2, 1874.djvu/227

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


rempli d’une foi inflexible dans la pureté caractéristique de sa mélodie une et indivisible, subjuguait le poète avec une cruauté dogmatique et le força à, dresser lui-même le bûcher sur lequel le malheureux devait se laisser réduire en cendres, afin d’alimenter le feu de la mélodie de Weber. Le poëte du Freischütz arriva, sans le savoir, à ce suicide ; il protesta même quand la chaleur du feu dont Weber remplissait encore l’air, prétendant que cette chaleur émanait de lui ; mais il se trompait foncièrement : ses bûches ne donnaient de la chaleur que lorsqu’elles étaient anéanties, brûlées ; après l’incendie, il ne pouvait revendiquer comme sa propriété que les cendres seules, c’est-à-dire le texte du dialogue.

Après le Freischütz, Weber chercha un serviteur plus souple et, voulant faire un nouvel opéra,