Page:Charnacé - Musique et Musiciens, vol2, 1874.djvu/244

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


devant le public musical de l’Europe, car ce miracle s’explique très-facilement par ce public lui-même. Mais nous entendons seulement nous arrêter sur des considérations artistiques.

Remarquons que ce compositeur, malgré son impuissance manifeste à trouver dans ses propres forces musicales le moindre signe de vie artistique, s’élève néanmoins, dans quelques passages de sa musique d’opéra, à la plus grande et à la plus incontestable puissance.

Ces fragments sont le produit d’une réelle inspiration, et si nous les examinons de plus près, nous reconnaîtrons que la source de cette inspiration se trouve réellement dans la situation créée par le poème. Lorsque le poëte se débarrasse de la contrainte que le compositeur fait peser sur lui ; quand, en dépit de ses procédés de compilation dramatique, il a rencontré involontairement une situation qui lui permet de respirer et d’exhaler de nouveau l’air libre de la vie humaine ; c’est alors qu’il fait passer subitement dans l’esprit du musicien le souffle d’inspiration ; et le compositeur qui, dans tout son passé