Page:Charnacé - Musique et Musiciens, vol2, 1874.djvu/343

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


son directeur, la destinée malheureuse de mes Maîtres chanteurs, il n’a qu a battre la mesure de l’Ouverture comme il est habitué d’en user avec Beethoven, Bach et Mozart, et de la manière qui est la mieux appropriée aux compositions de R. Schumann ; chacun alors est obligé de convenir que ma musique est la plus détestable qui soit au monde. Que l’on se figure un être aussi vivant et en même temps aussi sensible, aussi délicatement complexe que l’est la mesure de cette Ouverture, telle que je l’indique moi-même ; qu’on se le figure jeté brutalement sur le lit de Procuste de tel ou tel classique batteur de mesure, et on comprendra aisément ce qui doit s’en suivre. Ils lui disent : « Couche-toi là-dessus ; tout ce qui dépasse, je le rogne ; tout ce qui est trop court, je l’étiré ; en avant la musique ! » Et ils se mettent à faire le plus de vacarme possible, pour que l’on n’entende pas les cris désespérés du martyr !

Le « coup d’archet, » voilà l’ultima ratio de messieurs nos maîtres de chapelle ; c’est grâce à cette suprême ressource qu’ils établissent un si parfait équilibre entre leur incapacité et la solution, à eux