Page:Charnacé - Musique et Musiciens, vol2, 1874.djvu/60

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


cuter par l’orchestre, seul, un morceau de musique à titre d’introduction, et ce morceau ne pouvait pas répondre au but original du prologue, parce qu’à cette époque primitive la musique instrumentale pure n’était pas encore assez développée pour exécuter une pareille tàclic d’une manière caractéristique. Ces morceaux de musique ne paraissaient avoir pour le public aucune autre signification que de lui annoncer qu’on allait chanter ce jour-là.

Si l’insuffisance de la musique instrumentale de l’époque ne suffisait pas pour expliquer naturellement ce caractère des ouvertures primitives, on pourrait peut-être supposer que l’ancien prologue ne devait pas être imité puisque l’on reconnaissait sa tendance incolore et antidramatique. De toutes façons, il est certain que l’ouverture n’était employée que comme moyen conventionnel de transition ; mais elle n’était pas considérée comme un avant-propos vraiment caractéristique du drame. Ce fut déjà un progrès, lorsqu’on en arriva à indiquer par l’ouverture le caractère général de la pièce, en un mot si elle était triste ou gaie. L’ouverture du Messie de Haendel prouve, d’ailleurs, que ces introductions musicales ne peuvent être considérées comme des préparations pour l’intelligence de la pièce.