Page:Chartier - La Belle Dame sans merci, 1901, éd. Charpennes.djvu/55

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Amour a gouverné mon sens,
Se faute y a, Dieu me pardonne !
Se j’ai bien fait, plus ne m’en sens.
Cela ne me toult ne me donne.
Car au trespas de la très bonne
Tout mon bien fait se trespassa.
La Mort m’assit illec la bourne
Qu’oncques puis mon cœur ne passa

En ce penser et en ce soin
Chevauchai toute matinée,
Tant que je ne fus guère loin
Du lieu où estoit la disnée.
Et quand j’eu ma voie finée,
Et que je cuidai heberger,
J’ouy par droite destinée
Menestrier dans un verger.

Si me retirai voulentiers
En un lieu tout coi et privé.
Quant deux mes bons amis entiers
Surent que je fus arrivé,
Y vinrent, tant ont estrivé
Moitié force, moitié requeste,
Que je n’ai oncques eschevé
Qu’ils ne me mènent à la feste.