Page:Chartier - La Belle Dame sans merci, 1901, éd. Charpennes.djvu/56

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



À l’entrer fus bien recueilli
Des Dames et des Damoiselles,
Et de celles bien accueilli
Qui toutes sont bonnes et belles ;
Et de la courtoisie d’elles
Me tinrent illec tout ce jour
En plaisans parolles et belles,
Et en très gracieux séjour.

Disner fut prest, et tables mises.
Les Dames à table s’assirent,
Et quant elles furent assises
Les plus gracieux les servirent.
Tels y ont, qui à l’heure vinrent.
En la compaignie liens,
Leurs juges dont semblant ne firent
Qui les tenoient en leurs liens.

Un entre les autres y vy
Qui souvent alloit et venoit.
Et pensant com’homme ravy,
Et guères de bruit ne menoit.
Son semblant très fort contenoit,
Mais désir passoit la raison,
Qui souvent son regard menoit
Tels fois qu’il n’estoit pas saison.