Page:Chartier - La Belle Dame sans merci, 1901, éd. Charpennes.djvu/57

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



De faire chiere s’efforçoit,
Et menoit une joie fainte,
Et à chanter son cœur forçoit
Non pas pour plaisir, mais pour crainte
Car toujours un relais de plainte
S’enlassoit au ton de sa voix,
Et revenoit à son attainte
Comme l’oisel au chant du bois.

Des autres y eut pleine salle,
Mais celui trop bien me sembloit
Ennuyé, maigre, blesme et palle,
Et la parolle lui trembloit.
Guères aux autres ne sembloit.
Le noir portoit et sans devise,
Et trop bien homme ressembloit
Qui n’a pas son cœur en franchise.

De toutes festoyer faignoit,
Bien le fit, et bien lui seoit.
Mais à la fin le contraingnoit
Amour, qui son cœur ardeoit
Pour sa Maistresse qu’il veoit,
Et je choisis lors clerement
A son regard qu’il asseoit
Sur elle si piteusement.