Page:Chartier - La Belle Dame sans merci, 1901, éd. Charpennes.djvu/63

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.




La Dame

Il a grant faim de vivre en dueil
Et fait de son cœur lasche garde,
Qui contre un tout seul regard d’œil
Sa paix et sa joie ne garde.
Se moi ou autre vous regarde,
Les yeux sont fais pour regarder.
Je n’y prens point autrement garde.
Qui mal y sait s’en doit garder.


L’Amant

S’aucun blesse autrui d’aventure
Par coulpe de celui qui blesse,
Quoiqu’il n’en peut mais, par droiture,
Si en a il dueil et tristesse.
Et puisque fortune et rudesse
Ne m’ont mie fait ce meshaing,
Mais vostre très belle jeunesse,
Pourquoi l’avez-vous en desdaing ?


La Dame

Oncques desdaing, chose certaine,
Contre vous ne voulus avoir,
Ne trop grant amour, ne trop haine,
Ne vostre priveté savoir.
Ce cuyder vous fait parce voir
Que peu de chose peut trop plaire.
Et vous vous voulez décevoir ;
Ce ne vueil je pas pourtant faire.