Page:Chateaubriand - Mémoires d’outre-tombe t4.djvu/209

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

sérieusement religieux, ne supportait qu’avec peine sur le théâtre la représentation du culte catholique. M. Spontini, l’auteur de la Vestale, avait la direction de l’Opéra[1]. Madame Spontini, fille de M. Érard[2], était agréable, mais elle semblait expier la volubilité du langage des femmes par la lenteur qu’elle mettait à parler : chaque mot divisé en syllabes expirait sur ses lèvres ; si elle avait voulu vous dire : Je vous aime, l’amour d’un Français aurait pu s’envoler entre le commencement et la fin de ces trois mots. Elle ne pouvait pas finir mon nom, et elle n’arrivait pas au bout sans une certaine grâce.

Une réunion publique musicale avait lieu deux ou trois fois la semaine. Le soir, en revenant de leur ouvrage, de petites ouvrières, leur panier au bras, des garçons ouvriers portant les instruments de leurs

    vait à Mme de Duras : « J’ai été voir jouer la Jeanne d’Arc de Schiller. C’est un mélodrame, mais un mélodrame superbe. La cérémonie du sacre est admirable. Quand j’ai vu la cathédrale de Reims et que j’ai entendu le chant religieux, au moment de la consécration de Charles VII, j’ai pleuré sans comprendre un mot de ce qu’on disait. Quel peuple que ce peuple français ! Comme il occupe les autres peuples ! Et quelle honte de ne plus retrouver de La Hire que sur les théâtres étrangers ! Schiller chante Jeanne et Voltaire la déshonore. »

  1. Gaspard Spontini (1778-1851), auteur des opéras de la Vestale (1807) et de Fernand Cortez (1809). Il était depuis 1820 directeur de l’Opéra de Berlin. Après la mort de son protecteur Frédéric-Guillaume III, il revint à Paris, où il avait été élu à l’unanimité membre de l’Académie des beaux-arts dès 1839.
  2. Sébastien Érard, facteur de pianos (1752-1831). Il perfectionna le piano, l’orgue et la harpe, construisit les premiers pianos à queue (1796) et à double échappement (1823) ; inventa les harpes à fourchette (1789) et le mécanisme à double mouvement pour harpe (1810). Il réussit à rendre expressif le jeu de l’orgue au moyen de la seule pression du doigt (1827).