Page:Chateaubriand - Mémoires d’outre-tombe t4.djvu/239

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

server et de vous posséder, parce que nous avions du moins le faible mérite de sentir, de reconnaître, d’admirer toute votre supériorité. Vous dire que le roi, les princes, la cour et la ville vous regrettent, c’est faire leur éloge plus que le vôtre ; vous dire que je me réjouis de ces regrets, que j’en suis fier pour ma patrie, et que je les partage vivement, ce serait rester fort au-dessous de la vérité, et vous donner une bien faible idée de ce que j’éprouve. Permettez-moi de croire que vous me connaissez assez pour lire dans mon cœur. Si ce cœur vous accuse, mon esprit non-seulement vous absout, mais rend encore hommage à votre noble démarche et aux principes qui vous l’ont dictée. Vous deviez à la France une grande leçon et un bel exemple ; vous lui avez donné l’une et l’autre en refusant de servir un ministère qui ne sait pas juger sa situation, ou qui n’a pas le courage d’esprit nécessaire pour en sortir. Dans une monarchie représentative, les ministres et ceux qu’ils emploient dans les premières places doivent former un tout homogène, et dont toutes les parties soient solidaires les unes des autres. Là, moins que partout ailleurs, on doit se séparer de ses amis ; on se soutient et l’on monte avec eux, ou descend et tombe de même. Vous avez prouvé à la France la vérité de cette maxime, en vous retirant avec messieurs de Villèle et Corbière. Vous lui avez appris en même temps que la fortune n’entre pas en considération quand il s’agit des principes ; et, certes, quand les vôtres n’auraient pas pour eux la raison, la conscience et l’expérience de tous les siècles, il suffirait des sacrifices qu’ils