Page:Chateaubriand - Mémoires d’outre-tombe t4.djvu/436

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

de se rendre auprès d’elle ; M. Mathieu de Montmorency lui resta également dévoué. L’un et l’autre en furent punis ; ils furent frappés de la peine même qu’ils étaient allés consoler : les quarante lieues de distance de Paris leur furent infligées[1].

Madame Récamier se retira à Châlons-sur-Marne[2], décidée dans son choix par le voisinage de Montmirail[3], qu’habitaient MM. de La Rochefoucauld-Doudeauville.

    les cas, pour se préparer à ce voyage, et elle fut obligée de s’adresser au ministre de la police pour demander ce peu de jours. À la date du 3 octobre 1810, Rovigo lui accorda huit jours. Il lui disait dans sa lettre : « Il m’a paru que l’air de ce pays-ci ne vous convenait point, et nous n’en sommes pas encore réduits à chercher des modèles dans les peuples que vous admirez. Votre dernier ouvrage n’est point français ; c’est moi qui en ai arrêté l’impression… Je mande à M. Corbigny (le préfet de Loir-etCher) de tenir la main à l’exécution de l’ordre que je lui ai donné, lorsque le délai que je vous accorde sera expiré… » La lettre du ministre de la police se terminait par ce post-scriptum : « J’ai des raisons, madame, pour vous indiquer les ports de Lorient, La Rochelle, Bordeaux et Rochefort, comme étant les seuls ports dans lesquels vous pouvez vous embarquer. Je vous invite à me faire connaître celui que vous aurez choisi. » On interdisait à Mme de Staël les ports de la Manche, afin de l’empêcher d’aller en Angleterre. Du moment qu’on lui donnait pour toute alternative l’Amérique ou Coppet, elle prit le parti de retourner à Coppet, où elle arriva dans la seconde quinzaine d’octobre 1810.

  1. C’est au mois de septembre 1811 que cet ordre d’exil fut signifié à Mme Récamier ; un ordre semblable était notifié en même temps à M. Mathieu de Montmorency.
  2. En arrivant à Châlons, elle s’établit d’abord à l’auberge de la Pomme-d’Or, qu’elle abandonna bientôt pour prendre, rue du Cloître, un petit appartement, qui avait au moins l’avantage d’être commode et silencieux.
  3. Le château de Montmirail, magnifique habitation des La Rochefoucauld-Doudeauville, située dans la commune de Montmirail (département de la Marne).