Page:Chaupy - Découverte de la maison de campagne d’Horace, Tome 1.djvu/244

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


qui l’avoit méritée, qui devoit être quelque grand ſalut procuré. On ignore ſi Cicéron ruina la mémoire de cet évenement à cauſe de la manière dont Sylla l’effaça par ſes Proſcriptions ; ou s’il le laiſſa ſubsiſter par le ſouvenir de la Guerre, où il eut lieu, qui étoit la Marſique où il avoit fait ses prémieres Armes. Ce qui n’eſt point douteux, c’eſt que la beauté ou au moins le gout dont s’étoit contenté le Dictateur, ne ſatiſfit point le Consul. Il alla jusqu’à s’incommoder par les formes nouvelles qu’il donna Tuſculanum & Pompeïanum valde me delectant, niſi quod Ære non Corinthio me obruerunt. Ad Attic. lib. II ep. I.à tout. » Cette Campagne & une autre, diſoit-il, m’ont écrasé ſous le poids d’un Airain qui n’eſt pas celui de Corinthe ». Le bronze de Corinthe étoit le plus recherché pour les ornemens & à ce titre Cicéron ne l’avoit pas negligé pour ſes Maiſons : mais il avertit que ce n’eſt pas de celui dont il parle ; par où il fait entendre celui qui s’appelloit dans ſa langue Æs alienum, qui veut dire les dettes dans la notre.

La conſstruction du Tuſculanum étoit des plus nobles, il étoit compoſé au moins de trois grands corps de Batimens ſans compter le Portique orné de ſon Exedre c’eſt-à-dire de quelque grand Pavillon au