éléments Wikidata

Livre:Chaupy - Découverte de la maison de campagne d’Horace, Tome 1.djvu

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Chaupy - Découverte de la maison de campagne d’Horace, Tome 1.djvu
TitreDécouverte de la maison de campagne d’Horace
Sous-titreOuvrage utile pour l’intelligence de cet Auteur, & qui donne occasion de traiter d’une suite considérable de lieux antiques
Volumetome premier
AuteurM. l’Abbé Capmartin de Chaupy Voir et modifier les données sur Wikidata
Maison d’éditionJean Ughetti
Lieu d’éditionRome
Année d’édition1769
BibliothèqueGoogle
Fac-similésdjvu
AvancementÀ corriger
Sérietome 1 - tome 2 - tome 3

Pages

- - - - - - - Illust. Titre - Dédicace np np np Préface  iv  v  vi  vii  viii  ix  x  xi  xii  xiii  xiv  xv  xvi  xvii  xviii  xix  xx  xxi  xxii  xxiii  xxiv  xxv  xxvi  xxvii  xxviii  xxix  xxx  xxxi  xxxii  xxxiii  xxxiv  xxxv  xxxvi  xxxvii  xxxviii  xxxix  xl  xli  xlii  xliii  xliv  xlv  xlvi  xlvii  xlviii  xlix  l  li  lii  liii  liv  lv  lvi  lvii  lviii  lix  lx  lxi  lxii  lxiii  lxiv  lxv  lxvi  lxvii  lxviii  lxix  lxx  lxxi  lxxii  lxxiii  lxxiv  lxxv  lxxvi  lxxvii  lxxviii  lxxix  lxxx 001 002 003 004 005 006 007 008 009 010 011 012 013 014 015 016 017 018 019 020 021 022 023 024 025 026 027 028 029 030 031 032 033 034 035 036 037 038 039 040 041 042 043 044 045 046 047 048 049 050 051 052 053 054 055 056 057 058 059 060 061 062 063 064 065 066 067 068 069 070 071 072 073 074 075 076 077 078 079 080 081 082 083 084 085 086 087 088 089 090 091 092 093 094 095 096 097 098 099 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 254 255 256 257 258 259 260 261 262 263 264 265 266 267 268 269 270 271 272 273 274 275 276 277 278 279 280 281 282 283 284 285 286 287 288 289 290 291 292 293 294 295 296 297 298 299 300 301 302 303 304 305 306 307 308 309 310 311 312 313 314 315 316 317 318 319 320 321 322 323 324 325 326 327 328 329 330 331 332 333 334 335 336 337 338 339 340 341 342 343 344 345 346 347 348 349 350 351 352 353 354 355 356 357 358 359 360 361 362 363 364 365 366 - - - - - -

DÉCOUVERTE DE LA MAISON DE CAMPAGNE D’HORACE.


i-v. — 
Obſservations préliminaires ſur la connoiſſance des Antiquités ; les cauſes de ſa première perte, & de l’imperfection de ſa renaiſſance 
 1
i. — 
Reſte beaucoup à découvrir dans la matière des Antiquités 
 1
ii. — 
L’oubli où elle était tombée, 1o par le dépérissement du Goût, après le Siècle d’Auguste, 2o par l’inondation des Barbares 
 1
iii. — 
La Religion contribua et dût contribuer à en détruire les monuments 
 6
iv. — 
La connaissance des Antiquités renaît avec les autres Lettres 
 8
v. — 
Demeure imparfaite par le défaut surtout de critique des Antiquaires 
 9


vi. — 
Point important de la Maiſon de Campagne d’Horace demeuré inconnu 
 11
vii. — 
Sa découverte : idée & diviſion de l’Ouvrage en 3 parties pour l’établir 
 13


PREMIÈRE PARTIE
Principes d’après leſquels on doit juger de la ſituation
de la Maiſon de Campagne d’Horace.


viii. — 
Première partie. Principes d’après leſquels on doit juger de la ſituation de la M. de C. d’H. 
 15
ix. — 
Premier principe qui renferme tous les autres : que le lieu aſſigné ne manque d’aucun des caractères attribués par H. à ſa Maiſon de Camp. 
 17
x. — 
Horace diſtingué par la vérité, & par la propriété de ſes expreſſions 
 19
xi. — 
Premier caractère de la M. de C. d’Hor. C’eſt d’avoir été unique 
 21
xii. — 
Certitude de ce caractère d’après des textes clairs d’Hor. 
 22
xiii. — 
Apperçu mais mal ſoutenu par les Auteurs 
 29
xiv. — 
Textes d’Hor. qui lui paroiſſent contraires 
 30
xv. — 
Trois Réponſes à ces textes ; deux générales & la troiſième particulière. Première générale 
 34
xvi. — 
Seconde général 
 36
xvii. — 
Titres auxquels on peut aller aux Maiſons de Camp, dont on n’eſt pas le maître 
 37
xviiixxiii. — 
Comparaiſon de Villégiatures anciennes avec les modernes de Rome relativement à cet objet 
 38
xxiv. — 
Vrai ſens de l’ode à Télèphe établi contre le P. Volpi 
 47
xxv. — 
Exemples réels des Campagnes qu’Horace fréquentoit ſans y avoir de Maiſon à lui 
 50
xxvixxviii. — 
Réponſes particulières aux textes d’Horace qui nomment les Campagnes autres que celle qui a été découverte 
 56
xxixxxx. — 
Ces textes ; divifés en deux Claffes, les uns d’après lefquels on a établi des opinions, les autres qui ont été négligés, ceux-ci difcutés dans cet endroit, ceux-là renvoiés à la II. Partie deftinée à la réfutation des opinions avancées jusqu’ici 
 61
xxxixliv. — 
Textes qui nomment Tarente ; Origine ; Politique & moral de cette Ville rélativement à leur fens 
 64
xlvxlviii. — 
Expofition de ce fens 
 85
xlixl. — 
Textes qui nomment Baïes 
 94
lilii. — 
Païs habité par les Grecs Fondateurs de Cumes, des premiers qui s’établirent en Italie : leur Guèrre avec les fauvages naturels, fondement de la Fable de la Guèrre des Géans 
 96
liii. — 
Titres auxquels les champs Cuméens font les champs Phlegréens ou de feu de cette Fable 
 101
livlxiii. — 
Volcans qui les rempliffent, ordinaires ainfi que le Vésuve, la fouffrière, l’eau de feu &c. & extraordinaires comme celui qui enfanta le Monte novo une nuit 
 102
lxv. — 
Villes qui doivent leur Naiſſance à Cumes 
 118
lxvilxix. — 
Dicéarchie devenu enſuite Putéoles à laquelle ſe rapporte la ruine apelée Pont de Caligula 
 119
lxxlxxv. — 
Naples, dont le nom Grec primitif de Neapolis Cumaïon qui veut dire nouvelle Cumes donna lieu au nom de Palépolis ou de vielle Cumes, que Tite-live prit pour une Ville particulière 
 129
lxxvilxxx. — 
Origine particulière de Baïes due aux Romains qui y trouvent le moïen de ſatisfaire leur gout dans les deux points principaux de leurs mœurs déchues, qui furent l’amour des belles Campagnes, & la paſſion des Bains 
 126
lxxxi. — 
Luxe des M. de C. & ſes motifs chez les Romains 
 142
lxxxiv. — 
Nombre & qualité des Maiſ. de C. de Cicéron & Io Son Arpinate 
 146
lxxxv. — 
L’isle délicieuſe qu’il y avoit 
 150
lxxxvilxxxvii. — 
Son Tuſculanum 
 151
lxxxviiixc. — 
Son Antium 
 160
xci. — 
Son Lanuvinum 
 164
xciixciv. — 
Son Aſture 
 164
xcv. — 
Ces M. de Camp, de Cicéron, & la plupart de celles qui doivent ſuivre, ſe trouvant le long de la Cote juſqu’au dela de Naples, raiſon d’en donner une idée 
 169
xcvi. — 
Pompéi 
 180
cvii. — 
ivi du Golfe de Salerne ou étoit Vélie 
 180 & suiv
cviii. — 
Golfe de Naples suivi de ceux de Salerne de Velie &c 
 181
cix. — 
Suite des M. de C. de Cicéron ſon Formianum 
 181
cx. — 
jufqu’à cxv. Ruines de Maiſ. de C. & Monumens que le lieu offre 
 181& ſuiv.
cvi. — 
jufqu’à cix. que le Formianum de Cicéron fut où eſt la Villa Marsana  
 190 & suiv.

{{Table|largeur=36em|largeurs=80|largeurp=30|indentation=-1 |section =cxx. — | titre= juſqu’à cxxvii. récits touchant la mort de Cicéron dont il reſulte qu’elle lui fut donnée à son Formianum & que le premierMonument eſt celui qui lui fut élevé par ses Affranchis & ceux de ſon Frère dans le lieu où il la reçut pag. 196. & ſuiv.

N.cxxxviii. Deuxième Monument, Temple d’Appollon élevé par Cicéron dans ſon Formianum pag. 226.

N.cxxxix Midlèton crut mal, que Cicéron eut une Maiſ. de C. à Gaëte : les Curioſités de ce lieu : vraie idée du prétendu Tombeau du Connêtable de Bourbon. Tour de Rolland est un magnifique Monument de Munatius Plancus pag. 232. ſuiv.

N. cxl. Calenum de Cicéron. pag. 237.

N. cxli. juſqu’à cxlvi. Son Cumanum, ſon Putéolanum, ſon Cluvianum, son Lac, tous ſur le Golfe de Baïes pag. 239. & ſuiv.

N. cxlvii. Son Pompeïanum & son Fabérianum pag.246.

N. cxlviii. Son Veſtianum, son Sinueſſanum, son Anagninum & son Fruſinate pag. 247.

N. cxlix. & cl. Autres Maiſons de C. de Cicéron juſqu’au nombre de 24. pag. 248.

N. cli. Réflexions ſur les moïens des anc. Romains de fournir à un tel luxe. pag. 251.

N. clii. & cliii. Seconde Paſſion des anciens, les Bains pag. 252, & suivan.

N.Cliv. juſqu’à clvi. ce double point des moeurs maines, unique cauſe de l’origine des Baïes. pag. 258. & ſuiv.

N.clvii. juſqu’à clxi. Beauté ancienne de Baïes & ſes ruines préſentes. pag. 263. & ſuiv.

N.clxii. Ses Bains diſtingués pag. 270.

N.clxiii. Putéoles s’en acroit a ſa gauche pag.271.

N. clxiv. Ses antiquités pag. 272.

N.clxv. Misène s’en en bâtit à ſa droite pag.275.

N.clvi & clvii. Réflexion ſur le mauvais ſiſtème de Marine des Romains ſur Auguste voulut rectifier par l’établiſſement de deux départemens fixes dont un ſeroit à Misène : ce qui fut l’origine de la Ville & du Port de ce nom pag. 276. & ſuiv.

N.clxvii. & ſuiv. Leur situation certaine pag. 282.

N. clxix. Diſtinction de ce Port & du Port-Jules pag. 284.

N.clxx. Antiquités qui en reſtent pag. 286.

N.clxxi. juſqu’à clxxviii. Châteaux Romains de tous ces lieux, de Marius qui fut puis de Lucullus, de Pompée, de Céſar, de Varron, d’Hortenſius & de Cicéron : leurs lieux & leurs ruines p. 288 & suiv.

N. clxxix. Viviers qui les diſtinguoient pag. 294.

N.clxxx. Dernier & non moindre objèt du Golfe de Baïes, les Lacs Lucrin & Averne pag. 297.

N. clxxxi. & ſuiv. Nom beauté, & uſage voluptueux du premier p. 298.

N. clxxxiii. & ſuiv. Le ſecond célèbre dans un genre tout opposé, puisque regardé comme un Lac des Enfers, pag. 301.

N. clxxxv. que c’est à ce Lac, que Circé fait aller Uliſſe chez Homère pag. 304.

N. clxxxvi. Superſtition de l’Averne finit, par la conſtruction du Port Jules par Agrippa pag. $06.

N. CLxxxvi. juſqu’à cxci. Expoſition de deux célèbres Antiquités qu’on y voit, qui ſont un Temple crû d’Appollon, qu’on prouve être de l’Averne même regardé comme un Dieu, & l’autre un Antre, qu’on appelle de la Sibille, mais qu’on montre n’appartenir qu’a un travail imparfait de Néron pag. 307. & suiv.

N.cxcii. qu’Horace fréquenta beaucoup Baïes mais qu’il n’ y eut aucune Maiſon de Campagne pag. 316.

N.cxciii. nouveau lieu des Villégiature pour Horace la Plage de la Mer. pag. 319.

N. cxciv. juſqu’à cxcvii. Ce qu’on doit entendre per cette Plage : Port-Romain, Fregelles, Halium, Centumcelles à la droite de l’embouchure du Tibre : Oſtie, Laurentum, Lavinium, Ardée, Antium à ſa gauche pag. 319. & suiv.

N. cxcviii. Horace y paſſa des vacances mais n’y eut point ſa Maiſon de Campagne. pag. 327.

N. cxcix. & cc. non plus qu’à Cumes : (ce que c’eſt que l’antiquité apelée l’Arco felice) ou à Gabies ou à Cluſium pag. 328.

N. ccii. autres Caractères de la Maiſ. de Camp. d’Hor. ſa ſituation dans la Sabine pag. 344.

N. ccii. la Rivière de Digence pag. 336.

N. cciv. un Temple de Vacune pag. 338.

N. ccv. le Mont-Lucretile pag. 341.

N.ccvi. le voiſinage du Bourg de Mandèle & la dépendence de la Ville de Varie pag. 341.

N. ccvii. Caractères propres, ſa Forme, ses aſpects, ſa température, la ſalubrité de ſon air pag. 343.

N.ccix. Caractères plus particuliers ſon étendue p. 346.

N. ccx. Caractères du Château : ſa ſtructure, ſon Jardin, ſa Fontaine, ſon Bois pag. 347.

N. ccxi. Diſtinction des deux Fontaines dans Horace celle près du Chateau, & celle de Blanduſie. pag. 351.

N.ccxii. & suiv. Caractères de la Campagne dépendante du Chateau. Champs, vignes, Vergers d’olives & d’autres fruits pag. 354. jufqu’à la fin.


Fin du Sommaire.