Page:Chaupy - Découverte de la maison de campagne d’Horace, Tome 2.djvu/102

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


de Minerve à ſon Albanum : il auroit ſuffi des combats des Gladiateurs en quoi ces jeux conſiſtoient, mais le vain Domitien y ajouta ceux des Poëtes & des Orateurs, & de plus ceux de toute ſorte de Bêtes. On ne ſavoit de quoi être plus étonné dans ces derniers ou de la paſſion ou de l’adreſſe du Prince. Les animaux de toute eſpèce tomboient à centaines ſous ſes traits, lancés d’une main ſi aſſurée qu’il pouvoit les enfoncer comme deux cornes ſur leur front [1]. Il fallut faire la cour à l’Empereur en l’imitant. On débuta ſans doute en armes & à cheval ; mais peu-à-peu on vit de la part des Sénateurs un ſpectacle qui n’avoit été donné juſques-là que par des comdamnés & par des eſclaves. Dépouillant le Lati-Clave ils deſcendoient nuds dans l’arène pour s’y meſurer avec des ennemis qui ſonnoient la charge avec le rugiſſement & le hurlement. Acilius Glabrion Conſulaire s’y montra redoutable à plus

  1. Celebrabat in Albano quotannis Quinquatria Minervæ, cui Collegium inſtituerat… eximias venationes, ſuperque Oratorum & Poetarum certamina. Suet. in Dom. n. 4. centenas varii generis feras ſæpe in Albano ſeceſſu conficientem ſpectavere… ex induſtria ita… ut duobus ictibus quaſi cornua effingeret. Ibid. n. l9.