Page:Chaupy - Découverte de la maison de campagne d’Horace, Tome 2.djvu/134

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


nous aprend la différence qu’il ſe trouvoit entre en avoir ſix ou douze, & entre les avoir ſimples, ou ornés d’un rameau de Laurier [1]. Le nombre de douze étoit le comble de l’honneur, & l’ornement marquoit la prétention du triomphe pour les exploits preſcrits pour le mériter. Les faiſceaux du Tombeau ont l’une & l’autre diſtinction.

Il en eſt de l’époque comme du Héros : on ne peut que la conjécturer I. de la forme de l’Aigle dont la pique est toute nue ce qui la rapporte au temps de la République, parceque ſous les Empereurs on l’orna de leurs Simboles & de leurs images. II. Du Sarcophage marque d’un mort, non brûlé auquel cas on ſe seroit ſervi d’une Urne pour en renfermer les cendres, mais enſéveli tout entier. Sur In Urbe ne ſepelito, neve crito.quoi j’obſerverai, que quoique l’uſage de brûler les morts fut bien ancien puisque la loi des XII. Tables en parle,

  1. Quid iſte tui faſcet ? Si ab Senatu, cur Lauréati ? Si ab Ipso (Cæsare) cur ſex ? C’eſt une queſtion que Cicéron faiſoit à Curion, qui lui repond qu’il auroit bien voulu tenir l'Honneur des faiſceaux du Sénat, mais qu’il avoit été obligé de le recevoir de Céſar : qu’il n’en avoit que ſix parcequ’il n’en avoit pas voulu douze. Sex quia XII. nolui nam licebat. Cic. ad att. lib. X. ep. 13.