Page:Chaupy - Découverte de la maison de campagne d’Horace, Tome 2.djvu/133

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


matières ſur leſquelles on oſe écrire, on s’aſſure qu’elle est non un reſte de Palais à quoi elle n’a nul trait mais un Sépulchre. La Chambre Sépulchrale le plus élégamment taillée dans le Roc, qu’on y voit ; le Sarcophage du Jardin des Pères de Pallazuolo qu’on fait en avoir été tiré, rendent le point palpable.

La forme s’en juge aiſément. Le rocher taillé de la manière qui a été dite dans la partie qui ſervoit de baſe l’étoit, par deſſus en manière d’eſtrade pyramidale, deſtinée néceſſairement à porter une Statue Coloſſale, qui étoit ſans doute celle du Héros du monument. L’ouvrage dominoit pleinement tout le Lac.

Nul nom ne s’y liſant, tout ce qu'on peut dire d’après les ornemens expoſés c’eſt qu’il appartint à quelqu’un qui avoit paſſé par tous les honneurs, qui étoient dépuis l’Aigle qui étoit l’enſeigne Romaine par où il falloit débuter à cauſe de ſervice Militaire dû par tout Romain, juſqu’à la Chaise-Curule qui ſe recevoit avec l’Édilité qui étoit par là le premier des grands honneurs, & juſqu’aux Faisceaux Conſulaires qui en étoient le comble. Un Texte de Cicéron