Page:Chaupy - Découverte de la maison de campagne d’Horace, Tome 2.djvu/149

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


plus antique avoit été de placer les Sépultures ſur les chemins ſans doute pour faire penſer au grand Voïage. Les Voïes Romaines s’en trouvèrent toutes bordées. Il n’eſt pas besoin de dire l’intéret qu’y donnoient tant d’ouvrages divers. Leurs inſcriptions ſeules lorſqu’on vouloit s’en amuſer ne pouvoient que faire naitre tour-à-tour l’admiration, l’indignation, le plaisir, & le dépit.

La plupart des Voïes Antiques étoit en Italie. On voïoit partir de Rome ſur tout, au levant l’Appienne, la Latine ; au couchant la Flaminiènne continuée par l’Émilienne, la Caſſienne : ainsi que la Salarienne au nord & l’Aurelienne au Midi. On les reconnoit encore aux ſquéletes de toutes les choſes que j’en ai rapportées. Les Provinces les plus réculées ne manquoient pas des leurs. Cicéron nomme pluſieurs fois contre Piſon Via Militaris. Cic. in pi. n. 40.la Voie Militaire de Macédoine par où nous aprenons & qu’il y en avoit une dans ce Roïaume éloigné & quel nom les Romains donnoient à leur voïes : leur grand objet en effet étoit le tranſport aiſé des Légions par toute la Terre.

J’ai deja parlé d’après Strabon, de cel-