Page:Chaupy - Découverte de la maison de campagne d’Horace, Tome 2.djvu/148

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


le pied étoit compoſé en apliquant quatre-fois ſes quatre doigts, on pouvoit meſurer les milles ſans autre compas que celui de ſes deux jambes en l’ouvrant mille fois, obſervant cependant de compter Le pas fait ainſi eſt de ſix palmes qui ſont la meſure de ceux du Mille.le port entier d’une ſeule, ne regardant celui de l’autre que comme un apui. Mais quelque legère que fut la peine néceſſaire pour ſavoir les Milles, les auteurs des Voïes voulurent l’épargner en les meſurant exactement eux même & en élevant des Colomnes de marbre hautes d’environ douze pieds qui les marquoient & les aprenoient. À l’égard des Tombeaux leur première origine avoit été la terre qu’on élevoit ſur les Sépultures pour en marquer la place ; ce qui veut dire proprement Tumulus. Comme cette Terre s’ébouloit facilement, & faiſoit perdre trop promptement le ſouvenir qu’on vouloit conſerver, on l’entoura d’une maçonerie légère ce qui s’apela, claudere humum. Les ornemens qu’on ajouta à cette enceinte peu-à-peu transformèrent ces humbles tombes en hauts & superbes Monumens, où la richesse des matières ne le cedoit qu’à la recherche du travail. Comme l’ufage le