Page:Chaupy - Découverte de la maison de campagne d’Horace, Tome 2.djvu/151

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Albano. On les voit répandus dans toute l’étendue de cette Ville, notamment dans la Villa-Paolucci dévenue récemment Villa-Doria-Pamphili qu’on trouve dés la Porte d’Albano, où ſont les ruines d’un magnifique pavillon qui occupoit une éminence qui s’y trouve, autour de l’égliſe de S. Pierre qui offre des murs de ces pièces immenſes qu’avoient les Châteaux anciens, & au lieu appelé la Stella pleins des Mazures tant ſouterraines, que de deſſus-terre. Toutes ces Antiquités ſont ſur le coté droit de la Voïe Appiènne qui ſe montre par là le ſiège principal de l’Albanum dont nous parlons. Deux lieux cependant offrent la preuve de ce que j’ai dit, qu’il n’étoit pas tout de ce coté ; le premier en la partie de S. Pierre vis-a-vis de la quelle eſt le Chateau des anciens Seigneurs d’Albano, que la Chambre Apoſtolique donna ſi noblement au Roi d’Angleterre : le neuf de ce Chateau eſt tout élevé ſur l’antique très-magnifique ; & le ſecond eſt la partie de la Stella où les ruines dans leſquelles eſt établi l’Hermitage, ont une telle relation avec celles dont on aperçoit les marques de l’autre coté de la Voïe