Page:Chaupy - Découverte de la maison de campagne d’Horace, Tome 2.djvu/152

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


qu’on juge qu’elle durent être jointes par quelque Arc, qui n’aura pas peu contribué à donner un air de Ville à Albano en lui formant comme une grande Porte dans cette extrémité.

Ce n’eſt pas cependant ce qu’à de plus particulier cette Partie. Sa rareté est un tombeau antique qu’on y voit. Sa matière eſt la Pierre appellée d’Albe ; ſa forme une grande masse quarrée ſurmontée de cinq Pyramides, quatre aux quatre angles & la cinquième au milieu. Ce point d’Antiquité également clair & certain par ſa ſeule poſition & par ſa manière, eſt devenu comme une infinité d’autres une queſtion tres-embarraſſante, par l’obſcurité qu’y ont jetté ceux qui ont entrepris de l’éclaircir.

Un marbre attaché au tombeau dans le tems que la Maiſon Savelli avoit la principauté d’Albano le qualifie de tombeau des Horaces & des Curiaces, ce qui marque que le point dans ce tems étoit regardé comme indubitable. Trois raiſons ſans doute le firent regarder comme tel ; l’idée qu’Albano étoit l’Albe antique ; que le lieu ou eſt Albano avoit été le Théâtre du combat des Horaces