Page:Chaupy - Découverte de la maison de campagne d’Horace, Tome 2.djvu/154

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


cord comme l’effet de ce qui ſe paſſa ſur les coteaux d’Albe, paroit ſupposer que ce fut dans ce lieu que ſe fit le combat en quoi il conſiſta. Mais le récit de Tite-Live ne préſente ce ſens que par ſon abrégé. Celui de Dénis beaucoup plus detaillé l’écarte entièrement. Il raconte les mêmes faits que Tite-Live, mais il marque des circomſtances qu’il omet. Il nous aprend que le prémier point de l’accord entre les troupes ennemies fut une trêve de dix jours, pour délibérer ſur les propoſitions avec toute maturité ; que pendent ce tems là les armées ſe ſéparèrent & revinrent chacune ches-ſoi qu’elles ne ſe réunirent aprés cet intervalle que pour être témoins du combat qui avoit été arrêté, & dont il nous aprend expreſſément que le Champ fut fixé dans le lieu des Confins des deux Peuples le même a-peu-près, dit-il, que celui les deux Armées avoient pris leurs pre-


    mine Ducis per aliquot ſæaula appellata eſt, donec cum re nomen quoque vetuſtate abolevit… Tullus nocte præteritis hoſtium Castris infeſto exercitu in agrum Albanum pergit. Inde legatum Tullio nuntiare jubet, priuſquam dimicent opus eſſe colloquio… Fortuna præbuit materiam… forte in duobus tum exercitibus erant Trigemini &c. Liv. lib. I. n. 22.