Page:Chaupy - Découverte de la maison de campagne d’Horace, Tome 2.djvu/164

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


ſtre Ami, de n’être à la Campagne que cinq jours a été exécutée par le mois entier d’Août que j’y ai paſſé ; le pire, ajoute-t-il, c’eſt que vous ſavés le mois où l’on ſe trouve par là, & les avïs qui nous ſont donnés de tous cotes de le craindre ; par où il annonce une réſolution pour toute l’Automne à la quelle il joint pour l’Hyver même le projet conditionel exprime dans les paroles qui parlent d’Albe [1]. On voit par ce texte ainſi mis ſous les yeux, que lors de la lettre, Horace étoit dans la Campagne, que les fraïeurs du Mois de Septembre lui faiſoient tant rechercher. Or cette Campagne n’eſt point douteuſe ; c’eſt celle qu’il décrit à Quinctius, dont il finit le Tableau par la vertu qu’il lui attribue de le conſerver ſain-&-ſauve pendant le Mois de Septembre & pendant la ſaison critique qu’il com-

  1. Quinque dies tibi pollicitus me rure futurum
    Sextilem totum mendax deſideror. Atqui…
    Quam mihi das ægro dabis ægrotare timenti
    Veniam ; dum ficus prima calorque
    Deſignatorem decorat Lictoribus atris… dum &c.
    Quod bruma nives Albanis illinet agris
    Ad Mare deſcendet vates tuus… te dulcis amice reviſet
    Cum Zephiris (ſi concedes) & hirundine prima,
               Horat. lib. I. epi. 7.