Page:Chaupy - Découverte de la maison de campagne d’Horace, Tome 2.djvu/170

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


l’Hyver auroit beau forcer Horace dans ſe Campagne qu’il ne ſe regarderoit pas comme vaincu pour cela, & que par conſéquent il ſeroit diſpensé de rouvrir cette playe lui-même, où au moins qu’il pourroit y toucher d’une manière moins ſenſible. Comme les Champs d’Albe étoient d’ailleurs pour lui, du lieu où il étoit, le chemin de la Mer, les lui nommer c’étoit de plus lui dire de quel lieu, on lui témoigneroit en paſſant le regret que le beſoin de la Campagne dut l’emporter ſur la ſatiſfaction d’être auprès de lui à la Ville. Plus la manière dont tout cella eſt exprimé dans les paroles d’Horace eſt legère & délicate plus elle est précieuſe. C’eſt tout ce qu’il eſt beſoin de dire ſur l’opinion qui fait un Albanum de la Campagne d’Horace.


LVIII. II. Fauſſe opinion : celle qui place une M. de C. d’Horace à Algide.

On ne voit pas trop ſur quoi peut être celle qui en feroit un Algidenſe, c’eſt-à-dire celle qui la place à Algide ; mais comme, ainſi que je le dirai, ce ſentiment est né du mélange des idées qui produiſirent tant l’opinion que je viens de refuter, c’eſt-à-dire, celle d’un Albanum d’Horace, que celle dont je montrerai bien-tot la fauſſeté, j’entends celle d’un Tusculanum