Page:Chaupy - Découverte de la maison de campagne d’Horace, Tome 2.djvu/176

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


nes juſqu’au nom Èque [1]. Des nouvelles allarmes de leur part annoncèrent bientôt pour tant qu’il n’étoient pas auſſi détruits qu’on pensoit [2].

Qui croiroit que ce qui brilloit le plus dans des ames qui paroiſſent ſi féroces étoit l’eſprit de cette Vertu qui eſt moins une Vertu particulière, que la réunion de toutes les autres comme le dit quelque part Cicéron, & dont le propre eſt de mieux caractériſer & de plus honorer l’Humanité ; on eſt déja prévenu que c’eſt la juſtice que j’entends.

Les Èques, ou Équicoles ne furent ainſi nommés que de l’Équité ; & on peut juger à quels titres nobles ils méritèrent un nom ſi glorieux par le ſeul point du Droit Fécial leur ouvrage, & que Numa fut obligé d’emprunter d’eux [3]. L’objet de ce droit ainſi que l’on le ſait est d’aſſujetir aux loix de l’équité la Guerre même, dont la nature est de ne recon-

  1. Unnm & quadraginta, oppida oppugnando ceperunt, pleraque diruta & incenſa nomenque Æquorum ad inernecionem deletum. Ibid. lib. IV. n. 45.
  2. Vix credibile erat tam affectis rebus Æquos ad bellum coortos. lib. X. 'n. I.
  3. Jus ab antiqua Gente Æquicolis quod nunc Feciales habet deſcripſit (Numa) Tit. Liv. lib. II. n. 13.