Page:Chaupy - Découverte de la maison de campagne d’Horace, Tome 2.djvu/191

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


ad Pictas de la qualité des Auberges qui le compoſoient principalement ; que c’étoit là où elle recevoit la Voïe Lavicane, & que l’endroit étoit à la diſtance de deux-cens-dix Stades [1]. Tous ceux qui ont écrit ou gravé d’après ce Texte mettent la réunion des deux Voïes, au lieu appelé S. Hilario ſans doute de quelque Église de ce Saint anciennement jointe à des ſortes des Catacombes qu’on y vénére encore ; mais ils n’ont pas fait attention que ce lieu eſt plus de cinquante Stades plus loin qu’il ne faudroit. Nous pouvons ſavoir au juſte ce que c’eſt que les 210. Stades du lieu ad Pictas de Strabon par les 200., où le même Géographe met Préneſte qui eſt vis-à-vis ; & que comme les 200. Stades de Préneſte forment les 22. Milles qu’on compte juſqu’à Paleſtrine, les 210. du lieu ad Pictas ne durent former qu’un Mille & demi de plus ; c’eſt-à-dire que ce lieu dut ſe trouver à vingt-trois Milles & demi, plus de ſix Milles c’eſt-à-dire plus de cinquante Stades par

  1. Κατεισι επι αλγιδον πολιχνιον, ϗ πιϰτας πανδοχειας · διεχει δετης Ῥωμης το χωριον σ͂ ϰαι ἶ ςαδιȣς. Strabo. lib. V.