Page:Chaupy - Découverte de la maison de campagne d’Horace, Tome 2.djvu/192

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


conſéquent en deça de S. Hilario qui eſt vers le trentième Mille.

L’erreur qui y place le Bivium de la Lavicane, n’a été l’effet que d’une autre plus grande encore, qui conſiſta à ſe méprendre ſur la Voïe Latine même. Au ſortir de la Cava on trouve deux chemins l’un à gauche qui conduit à Val-Montone & l’autre à droite qui paſſe ſous Monte-Fortino. Il ne faut que des yeux pour reconnoitre celui-ci pour la vraie Voïe-Latine aux morceaux qu’on y en trouve à chaque pas : c’eſt cependant le premier qu’Holſténius a pris pour elle, quoiqu’on n’y en aperçoive pas le moindre ſigne. Ce Savant fut trompé I. par l’état préſent dés choſes, le chemin de Val-Montone étant le plus battu ; II. par un morceau de Voïe antique qu’on trouve après ce Bourg dont la direction eſt en effet vers S. Hilario. Je dirai tout-à-l’heure comment il s’y trouve. L’étonnant c’eſt que les deux Auteurs des deux Topographies de la Campagne de Rome, qui ont vu & corrigé l’erreur Cingulani & Ametti.d’Holſténius ſur la Voïe Latine ne l’en ont pas moins ſuivi dans la conſéquence qu’il en a tirée pour la poſition du Bivium.