Page:Chaupy - Découverte de la maison de campagne d’Horace, Tome 2.djvu/209

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


tels ſurtout que pour ſe trouver toujours dans l’ombre du Mont. Algide terme de la Vallée Albaine l’étoit par là en même tems du Ponent qu’elle lui portoit. Ses Collines enfin ſembloient n’interrompre la chaine continue qu’auroient fait ſans elles les hauts Monts-Tuſculans de ſa Gauche & le Mont-Artemiſe plus élevé encore de ſa droite, que pour laiſſer une grande porte aux Vents qui ont l’Empire de la Plaine de Préneſte, que nous verrons être les Aquilons, lorſque nous en serons à l’Opinion qui place le Chateau d’Horace dans la Campagne de cette Ville.

Une telle température fit beaucoup rechercher Algide pour les Villégiatures d’Eté ainſi que nous l’avons vû d’après Stace. Les traits d’Horace touchant ce lieu que nous avons eu occaſion de rapporter peignent la Nature avec une force, & une vérité qui prouvent qu'un tel quartier lui étoit bien connu ; mais y posséda-t-il une Maiſon de Campagne ? C’eſt ce qu’on a imaginé.


LXVIII. Refutation de l’Opinion qui y place une M. de C. par la ſeule Hiſtoire qui y eſt faite.

Pour renverſer cette nouvelle opinion il n’eſt pas beſoin de deploïer contre elle les grandes armes des caractères ſi