Page:Chaupy - Découverte de la maison de campagne d’Horace, Tome 2.djvu/208

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


vie de cette chute de Cartage, qui engagea Rome même, à ſe regarder comme pleinement autoriſée à changer ſon attachement, inviolable juſques-là, à la rigide vertu & au dur courage, en recherche des aiſes & des délices ; mais cette révolution devoit ſervir à découvrir dans Algide un nouveau mérite ; c’eſt celui qui eſt exprimé par ſon nom qui ſignifie le frais & le froid, & qui ne pouvoit être que tres-précieux à la Moleſſe dans un Païs qui en ſoumettant tout, n’avoit rien pu contre l’intempérie de ſon climat produite par ſes chaleurs. Cette qualité d’Algide êtant tres-réele, j’en ai voulu chercher les cauſes : j’en ai trouvé un concours le plus ſingulier. Le Mont-Artémise ne s’étendoit pas ſeulement à ſon midi comme un grand voile pour le mettre à couvert de tous les ſoufles chauds, il élevoit justement ſur lui le haut ſommet où j’ai dit qu’étoit ſon temple de Diane par lequel il lui deroboit le ſoleil même ; les hauts Arbres de cette Partie ne peuvent être mieux qualifiés que par l’Épitéte de noirs qu’Horace leur donne [1], & ils ne ſont

  1. Duris ut, ilex tonſa bipennibus
    Nigræ feraci, frondis, in Algido. Horat. lib. IV. Od. 4.