Page:Chaupy - Découverte de la maison de campagne d’Horace, Tome 2.djvu/234

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


quoit. On voit en effet le fondement de cet éloge juſques dans l'ombre qui en reſte. Sa haute Citadelle à ſa partie orientale devoit faire le plus bel effet : ſon Amphitéatre à l’autre bout ſe trouvoit ſur le ſorte d’isthme qui unit ſa Colline à ſon Mont . En attendant le ſpectacle qui y attiroit, on en avoit un, dont Rome n’étoit qu’un point. Le nombre & la diſtribution des Aqueducs dont j’ai parlé marquent la commodité générale des Fontaines qu’on chercha à procurer.


LXXV. Beauté de ſes dehors à cauſe des M. de C. qui les rempliſſoient.

La Ville de Tuſculum étoit cependant peu de chose selon le Texte en comparaison de ſes dehors, remplis de ſuperbes Chatheaux & de leurs Parcs non moins brillans. Il réſultera de ce que je vais en dire que les Batimens pour la matière étoient de toute ſorte de marbres, pour la Forme ce que l’Architecture a inventé de plus brillant, & en ornemens, ou, tout ce que la Nature produit de plus rare, ou ce que le cizeaux & les pinceaux Grecs enfantèrent de plus précieux. Les Maiſons de Campagne des autres lieux avoient des nombreux batimens ruſtiques pour l’exploitation des champs qui en dépendoient : celles de Tuſculum ne poſſedoient à