Page:Chaupy - Découverte de la maison de campagne d’Horace, Tome 2.djvu/245

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


champs [1]. La règle étoit qu’elle n’eut que la commodité qu’il falloit, pour en gager le Maitre à ne pas fruſtrer l’exploitation de ſon œil, s’il lui refuſoit ſa main.


LXXVIII. Idée de celle de Lucullus en particulier. Scandale & puis contagion de ſa Magnifcence.

Le Tuſculanum de Lucullus renverſoit toutes ces idées également par la grandeur, par ſa qualité, & par ſes ornemens. Parmi ces parties du Luxe, il y en avoit une que Caton ſon Beau-Frère dévenu Tuteur de ſon Fils après ſa mort, vouloit que ſon Pupille aprit à bien diſtinguer des autres : c’étoit une Bibliotéque qui refermoit ſeule , une collection complette de ces Philoſophes Stoïques dont il étoit ſi avide, & où Cicéron étoit obligé de venir ſe pourvoir des livres rares qui ne ſe trouvoient pas parmi les ſiens [2]. Mais du reſte ce n’étoit que là que ſe con-

  1. Modus ut neqae fundus Villam quærat, neque Villa Fundum : non ut fecerunt diverſis, eadem ætate, exemplis L. Lucullus & Q. Scævola : cum Villa, Scævolæ fundus careret, Villa Luculli agro. Quo in genere cenſoria caſtigatio erat minus arare, quam verrere. Plin. lib. XVIII. c. 6., verbis Varronis & Columeliæ.
  2. Nam in Tuſculano cum eſſem, vellemque è Biblioteca pueri Luculli quibusdam libris uti, M. Catonem vidi in Biblioteca ſedentem multis circumfuſum Stoïcorum Libris, quid tu, inquit, huc ? …ex Urbe profectus veni, ut quoſdam hinc libros promerem… & quidem Cato, his libris (noſtrum Lucullum) malo quam reliquo ornatu Villæ delectari. Cic. de finib. lib. III. n. 7.