Page:Chaupy - Découverte de la maison de campagne d’Horace, Tome 2.djvu/25

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



III. Interprètes Anciens, leur Commentaire ſur ce point.

Les Interprètes d’Horace ſont ou les Anciens qui l’ont commenté dés les Siècles barbares, ou les modernes qui l’ont traduit ou expoſé depuis la renaiſſance des Lettres. Les premiers ont aſſez ſuivi ſur ce point la méthode qu’on leur reproche d’être auſſi briefs, ſur les endroits qui demanderoient beaucoup d’éclairciſſemens, que diſerts ſur ceux qui ſouvent s’expliquent d’eux mêmes. Tout ce qu’ils nous aprenent touchant la Campagne d’Horace, c’eſt ſa ſituation en Sabine. Eſt-il question dans les paſſages du Poëte qui s’offrent à eux, Voiez Acron, Porphirion Landin & c. chez Mancinelli & Mancinelli lui-même. Édit. de Veniſe 1492.de cette Campagne en général, ou s’y agit-il de la Rivière, de la Montagne, du Temple de la Fontaine &c. que nous avons dit qui s’y trouvoient. Leur Scholie perpétuelle c’eſt que tout cela eſt en Sabine, eſt in Sabinis. Qu’on ne croie pas que tout le vice d’une notice qui jette plutôt qu’elle ne conduit dans une vaſte Région est l’insuſuffiſance. La Sabine moderne n’étant qu’un coin de l’ancienne, & la Campagne d’Horace aïant été dans la Partie qui n’en eſt plus, dire qu’elle eſt en Sabine, c’eſt dire qu’elle eſt où elle ne ſe trouve plus réellement. Il eut été d’autant plus important avant de dire qu’elle étoit en