Page:Chaupy - Découverte de la maison de campagne d’Horace, Tome 2.djvu/257

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


pas délibérer d’en conclurre I. que ces Auteurs parlent des tems différents. Ma conjecture ſeroit que Caton, qui avoit le plus repris le vice du Tuſculanum de Lucullus d’être ſans champs, se hata de le corriger dés qu’il en eut l’administration après ſa mort, ce qu’ il pût faire aiſément avec l’argent des ſuperfluités ſur lesquelles il ne tarda pas à faire main baſſe ; II. que les Champs de Lucullus ſi éloignés dont parle Frontin étoient ou deux Campagnes différentes, ou au moins des membres fort séparés de la même, qui laiſſoient toutes les places intermédiaires qu’on vouloit. La raiſon tirée des paroles de Frontin reduite à ſes juſtes termes, n’en eſt plus une comme l’on voit, de traiter tout à Tuſculum de Tuſculanum de Lucullus.


LXXXIII. Situation du Tuſculanum de Cicéron ſur le Mont. Fauſſeté de l’opinion, qui le place à Grotta-Ferrata.

J’ai dit dans la I. Partie le grand combat d’opinions qu’il y avoit ſur la ſituation de celui de Cicéron. Une Tradition antique ne lui avoit pas donné d’autre poſition que ſur le Mont-même. Des découvertes faites à Grotta-Ferrata interprétées dans le ſens de cette Campagne, la firent deſcendre dans la Vallée. Cluvier même ſouſcrivît à ce nouveau