Page:Chaupy - Découverte de la maison de campagne d’Horace, Tome 2.djvu/258

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


ſentiment. Mais quoique Kirker & Volpi l’euſſent également adopté, un jeune Auteur de leur Habit ne revendiqua pas avec moins d'ardeur pour ce Chateau célébre, ſon ancienne & vraïe place. Le mal, c’eſt que le point souffroit une difficulté dont il ignoroit la vraïe ſolution, & qu’il lui en donne une miſerable. Le jeune Jésuite s’appelloit P. Zuzzeri & celui qui le réfuta P. Cardoni Abbé Razilien. Ses Diſſertations ne manquèrent pas d’être attaquées par cet endroit foible : & l’opinïon favorable à Grotta-Ferrata paſſa quaſi pour être vengée.

Mais j’ai ajouté qu’en vain tel étoit l’évenement de cette Quérelle. Rien de plus certain que la poſition ſur le Mont : & l’Histoire ſeule de celle à Grotta-Ferrata ſuffit pour engager à n’en plus parler. Les preuves de la poſition sur le Mont : ſont I. la tradition ; II. le témoignage exprès du Scholiaſte qui interprétois Horace dans le tems que Tuſculum ſubſiſtoit encore. Il dit poſitivement que c’eſt ſur la partie ſupérieure du flanc du Mont, que Cicéron avoit ſa Campagne [1] : ſur quoi je remarquerai la correction ſingulière ;

  1. Superni, hoc eſt, in Monte ſiti ad cujus Latera ſuperiora Cicero ſuam Villani habebat Tuſculanam. Vet. interp. in ep. I. Horat.