Page:Chaupy - Découverte de la maison de campagne d’Horace, Tome 2.djvu/261

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


être que quelqu’une de ces eaux qu’on voit dans la Vallée, ſoit celle qu’on appelle Ruiſſeau d’une Eau non bonne à boire.la Marrana comme le croit Cluvier, ſoit celle qu’une inſcription moderne qualifie d’antique Tépula ſur le chemin peu-au deſſus de Grotta-Ferrata. On la reduit donc à rien en montrant que ce jugement n’a rien que de hazardé.


LXXXV. Découverte importante des eaux antiques de cette Partie.

L’ importance de la connoiſſance des eaux antiques, pour le point intéreſſant qui nous occupe, m’en a fait entreprendre la recherche. C’eſt Frontin que j’ai pris pour mon Guide. On n’ignore pas que ce fut un Sur-intendant des eaux ſous Nerva & ſous Trajan, qui en homme qui ne veut pas faire ſes emplois par ſes Commis, ne prit pas ſeulement la connoiſſance la plus détaillée de toute la matière du ſien, mais en fit des Mémoires qui nous ſont parvenus, non cependant ſans les injures du tems que j’ai dit. Voici ce qu’il marque touchant les eaux des lieux dont nous parlons. Les Cenſeurs Servilius Cépion, & Cassius Longin, dit-il, conduiſirent à Rome & ſur le Mont-Capitolin, de la Campagne Lucullane que quelques uns croient faire portion de la Tuſculane , l’eau apellée Tépula. On en trouve la