Page:Chaupy - Découverte de la maison de campagne d’Horace, Tome 2.djvu/262

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


ſource en allant par la Voïe Latine dix Milles, & en ſe détournant dans la Voïe de traverſe à droite qu’on trouve à cette diſtance, encore deux autres Milles. La célébre Édilité d’Agrippa qui ſuivit ſon premier Conſulat, ajoute-t-il, pouſſa dans la même Voïe juſqu’au XII. Mille ; & là en ſe détournant pareillement deux autres Milles également à droite, elle trouva une autre Eau à la quelle elle donna le nom de Jule. Outre ces deux Eaux, il y en avoit, au delà tête de l’eau Jules méme, une troiſième appellée Crabra, mais que l’Édile négligea, ſoit qu’il ne la jugeât pas aſſés bonne, ſoit qu’il refusât d’en priver les Tuſculans à qui elle appartenoit : c’eſt celle en effet qui ſert à toutes leurs Maiſons de Campagne de ce coté-là, ſelon l’heure & la part que chacune en a pû obtenir. Cette modération d’Agrippa ne s’étoit pas trouvée dans nos Commis aux eaux. La plus grande partie de l’eau Crabra avoit été toujours priſe par eux, en ſupplément de l’Eau Jule, moins pour donner à celle-ci une augmentation dont elle n’avoit pas beſoin, que pour pouvoir faire leur proffit des distributions dont ils l’épuiſoient. L’Empereur (Trajan) a pour-