Page:Chaupy - Découverte de la maison de campagne d’Horace, Tome 2.djvu/268

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


nous aprend qu’on l’alla chercher dans les Monts qu’elle appelle Algides & qui ne ſont que le bout des Monts-Tuſculans ; mais elle laiſſeroit ignorer qu’on y trouva l’Aqueduc antique qui y a treize têtes, ſans doute pour faire un volume d’eau compoſé des veines trouvées en ce nombre. L’eau de Belvédère n’eſt donc qu’une portion d’une eau antique qui venoit de ces lieux : & la choſe étant ainſi, quel doute peut-il y avoir d’après les caractères marqués par Frontin, que cette Eau antique ne ſoit l’eau Crabra ? Sa ſource eſt pluſieurs milles plus loin que celle de l’eau Jule ; la qualité des Aquéducs que je viens de dire prouve l’eau abondante à la quelle ils ſervirent ; leur cours pas les sommets Tuſculans ne lui donne pas ſeulement la qualité la plus propre d’eau Tuſculane, mais encor tout le niveau néceſſaire pour être portée par toute la Colline & par tout le Mont même de Tuſculum. Je conjecture en effet que c’eſt cette eau à qui ſervirent pluſieurs de ces Aqué-

    extruſit. J’ai qualifié cette Inſcription de peu modeſte parceque ce Cardinal Neveu s’y attribue les plus grands évenemens du Pontificat ſous lequel il vecut, n’y laiſſant au Pape que la Gloire d’être ſon Oncle.