Page:Chaupy - Découverte de la maison de campagne d’Horace, Tome 2.djvu/304

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


tif étoient également extraordinaires . Juſques-là les Conſuls n’avoient eu hors de Rome, que ce qui leur étoit abondamment fourni à Rome même. S’ils profitoient de leurs Hôtes des Provinces, ce n’étoit qu’à charge de retour dans la Capitale. Tel étoit l’égard qu’une ſi grande Puissance avoit pour la liberté des Peuples. Albin fe seroit bien gardé de montrer ſa petite pique dans une ſi grande magiſtrature s’il avoit penſé comme celui de nos Rois qui parvenu au thrône, rejetta les inſinuations touchant pluſieurs choſes qui s’étoient paſſées dans le tems qu’il n’étoit que Prince, avec la belle parole, qu’il n’appartenoit pas à un Roi de France d’épouſer les quérelles d’un Duc d’Orléans. Il n’ y eut donc jamais de plus belle matière aux refus qui n’auroient pu qu’être aprouvés dans un tems où regnoient les nobles maximes que l’usage qui étoit violé témoigne. Ils n’eurent cependant aucun lieu de la part des Préneſtins par un excès de modestie, ou de timidité, dit expreſſément Tite-live, c’eſt à-dire par l’oubli de deux qualités que nous avons vu leur être plus propres ; tant-il est vrai que le prix des vertus, con-