Page:Chaupy - Découverte de la maison de campagne d’Horace, Tome 2.djvu/315

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


on vouloit avoir dans les penchants. La diſtance des murs en effet eſt celle qu’exige une juſte rue avec ſes maiſons de deux cotés, & un d’entr’eux remplit encore à Paleſtrine ſon antique deſtination en y formant & en y appuïant la rue Borgo. Il n’eſt pas beſoin de dire la ſéparation qui reſultoit des telles rues de traverſe entre les deux lieux des édifices. Les murs qui coupoient ainſi l’eſpace, le ſéparoient d’autant plus puiſſamment, qu’ils n’avoient dans toute leur longueur aucune ouverture pour ſervir à la communication directe d’une partie à l’autre. J’ai obſervé en effet une choſe, qui établit toute ſeule la démonſtration de deux édifices diſtincts, qui eſt qu’on ne montoit de celui d’embas à celui d’enhaut que par deux rues latérales qui ſubſistent encore, ſervant à ſe rendre de deux parts au Palais Baronal. Celle du midi qui étoit entre le Temple & les antiques murs de Préneſte, que nous dirons ſe conſerver dans cette partie, eſt tres-reconnoiſſable aux fondemens des Maiſons anciennes de ſes deux cotés, qui le ſont encore des maiſons modernes. À ces preuves ſi fortes que l’état des lieux fournit de la diſtinction des deux Temples